Newsletter Novalem Actualités et Tendances SEO-SEA !

Top 5 des stratégies digitales de 2016 à suivre en 2017

Découvrez les technologies, les stratégies, mais aussi les outils à votre disposition pour les tester et les mettre en place à moindre coût avant industrialisation.
Auteur
Alix Chezeau-Launay
Consultant Growth Hacking

L’innovation et la conversion constituant deux facteurs primordiaux pour les entreprises, nous vous offrons, en cette fin d’année, cinq techniques qui vous aideront probablement à optimiser votre ROI et à mieux vous inscrire dans une démarche novatrice.

L’avantage de ces techniques est que de nombreux outils sont à votre disposition pour les tester rapidement et vous rendre compte de leur efficacité et rentabilité.

1.      Chatbots

Peu de chances que vous y ayez échappé mais 2016 est bien l’année des Chatbots. Si vous êtes passés à côté, il s’agit de robots conversationnels paramétrés pour répondre automatiquement à des questions d’utilisateurs. Ils sont arrivés massivement en avril dernier lorsque Facebook a officialisé leur lancement sur sa plateforme Messenger. En parallèle, Slack, Skype et d’autres s’y sont essayées et proposent des expériences similaires. Chatbottle s’est même amusé à en recenser un grand nombre.

Nés de 3 problématiques que les annonceurs rencontrent avec les applications mobiles :

Le chatbot, lui, est intégré à des applis déjà très utilisées par les internautes (Facebook Messenger : 900 millions d’utilisateurs), permet de répondre au besoin ponctuel des utilisateurs, de les relancer gratuitement par notifications dès lors qu’ils vous ont ajoutés et a un coût de développement et d’entretien bien moindre.

Les outils de développement sont nombreux, accessibles à tous (gratuit et branché à vos outils) et permettent aussi bien de créer un parcours simple avec des réponses prédéfinies et directives que des robots qui comprennent et apprennent des requêtes utilisateurs.

2.      Curation de contenu

Dans une stratégie de contenu, vous avez 2 possibilités :

Comment mettre en place la curation de contenu :

  1. Effectuer une veille régulière grâce à des outils de monitoring (Mention, Feedly, Netvibes…)
  2. Il vous suffit par exemple de créer une page où vous réécrivez un petit résumé de l’article en question afin d’éviter le duplicate content et d’intégrer un lien vers l’article original.
  3. Partagez votre contenu fraîchement réutilisé.

Les avantages :

A vous de trouver le bon équilibre entre création et curation de contenu. La première ayant potentiellement plus d’intérêt sur de l’actualité froide et la seconde sur les actualités chaudes.

3. Notifications Web Push

2016 a fait naitre une nouvelle technologie autour de deux constats :

Il s’agit de notifications que l’internaute peut recevoir aussi bien sur desktop que sur mobile via un navigateur web, une fois qu’il a accepté l’option. Il peut s’agir d’une excellente stratégie pour communiquer sur votre contenu et faire revenir les utilisateurs.

L’exemple de OneSignal :

Il s’agit d’un des nombreux outils sur le marché, il a l’avantage d’être très complet (automatisation de messages, géolocalisation, segments illimités, Analytics), facile à intégrer et entièrement gratuit.

Vous pouvez notamment l’essayer sur GetQuanty qui l’a récemment intégré pour communiquer ses actualités.

Petit conseil : vous pouvez imaginer une utilité commerciale au-delà de la simple communication de contenu. Par exemple, lorsqu’un utilisateur regarde un article en rupture de stock, vous pouvez lui proposer de recevoir une notification dès que celui-ci sera à nouveau disponible.

4. Exit Pop-In

Des petits soucis à convertir ou retenir vos utilisateurs ? L’exit pop-in va retenir les internautes abandonnistes au moment où ils sont sur le point de quitter votre site.

Comment ça fonctionne ? Il s’agit de faire apparaître un message marketing incitatif sous forme de pop-in  (ex : code promo exclusif) lorsque l’internaute est sur le point de quitter votre page. PSA Banque est un excellent cas d’étude. Au moment, de quitter la page, la pop-in s’ouvre automatiquement. Vous pouvez également découvrir un autre cas avec l’incubateur The Family.

Néanmoins, pas question de proposer ces messages à tous les internautes, il faut se focaliser sur les internautes sur le point de convertir. L’activation doit donc se faire dans le tunnel de conversion ou dans les pages profondes du site qui prouvent l’intérêt de l’internaute.

La mise en place est relativement compliquée car elle nécessite 2 points de développement :

5. Expérience personnalisée

Reprenons tous les sujets précédents et pensons à une expérience distincte pour chacun de vos utilisateurs. En effet, ces derniers n’ont pas le même comportement entre leur première visite et la seconde. De plus, ils n’ont pas le même parcours une fois sur votre site (type de produits vus, profondeur des pages visitées, niveau d’avancée dans les tunnels de conversions).

L’idéal est donc de contextualiser la nouvelle visite de l’utilisateur en fonction de son parcours passé. Un exemple bien connu serait Amazon qui vous pousse les articles que vous avez récemment vus.

Comment la mettre en place ?

La personnalisation de l’expérience est souvent fastidieuse mais l’utilisation de l’écosystème de tag de Google permet de la simplifier grandement.

L’idée est d’utiliser un outil d’A/B testing de Google (Optimize) pour générer des contenus alternatifs dans vos pages puis gérer les règles de déclenchement grâce aux cookies via Google Tag Manager.

Vous pouvez ainsi proposer dans une même page des contenus alternatifs en fonction des actions réalisées par un utilisateur. Rassurez-vous, tant que vous restez dans un cadre de personnalisation de l’expérience, Google ne considérera pas cela comme étant du cloaking (contenu dissimulé aux yeux de Google). Attention toutefois, vous pouvez être contacté par Google qui vous demandera de justifier ce contenu. En cas de mauvaise ou non justification, Google peut vous appliquer une pénalité manuelle.

Nous tendons donc de plus en plus vers la personnalisation de l’expérience (on et off-site) pour des raisons de performances. Il faut néanmoins tester ces dispositifs sur de petits volumes et des périodes courtes avant de les généraliser à l’ensemble de l’écosystème pour s’assurer de leur potentielle rentabilité.

Newsletter Décembre 2016