Newsletter Novalem Actualités et Tendances SEO-SEA !

Le netlinking en 2017

Le netlinking est une pratique en constante évolution. Quelle est la place des backlinks dans une stratégie de référencement ? Le point sur les bonnes et mauvaises pratiques en matière de netlinking.
Auteur
Léopoldine Sirejols
Consultante SEO

Le netlinking, aussi appelé linkbuilding, est une stratégie de référencement naturel consistant à créer des backlinks vers un site internet afin d’en améliorer le positionnement dans les résultats des moteurs de recherche.

Netlinking, où en sommes-nous ?

Depuis toujours, le maillage entre les sites internet est au cœur de l’algorithme de pertinence de Google. Jusqu’au début des années 2010, le classement des pages dans les SERP reposait en majeure partie sur le nombre de liens externes reçus depuis des sites tiers. Obtenir un très grand nombre de liens depuis des sites populaires permettait donc d’améliorer le positionnement de son site. L’achat de liens en masse, de domaines satellites et l’abus d’annuaires de mauvaise qualité étaient monnaie courante.

 

Que disent les guidelines Google ?

Afin de lutter contre ces pratiques abusives, Google a consacré une rubrique dédiée aux systèmes de liens dans ses consignes relatives à la qualité, rendant le travail des référenceurs plus ardu. Sont en effet surveillées à la loupe les pratiques suivantes :

Au-delà de ces pratiques d’acquisition, les backlinks en eux-mêmes sont surveillés de près :

En plus de ces consignes, des mises à jour de l’algorithme ont été faites pour surveiller de plus près les pratiques relatives à la création de liens factices. En effet, Penguin a été déployé dès 2012 sous forme d’un filtre qui se rafraichit plus ou moins régulièrement. Plusieurs mises à jour du filtre ont été effectuées depuis, la dernière en date remontant à octobre 2016 .

 

 

Le point sur Google Penguin 4.0

Le 23 septembre 2016, Gary Illyes annonçait le lancement de Penguin 4.0.

Le filtre fonctionne désormais en temps réel. Les changements dans votre profil de liens sont donc pris en compte en continu. Par ailleurs, là où les précédentes pénalités impactaient l’ensemble d’un site web, la pénalité peut s’appliquer désormais à une ou quelques pages du site, sur lesquelles trop de liens factices pointeraient.

Haute surveillance et prudence sont donc les mots d’ordre. Faut-il pour autant cesser d’acquérir des liens vers son site ? Non. Le maillage des sites entre eux est à la base même du fonctionnement du web et le netlinking reste l’un des critères les plus importants aux yeux des référenceurs et aux yeux de Google. A la question « quels sont les signaux les plus importants utilisés pour le classement, Andrey Lipattsev (Google Senior Search Quality Strategist) répond « c’est le contenu et les liens pointant sur votre site ».

Les bonnes pratiques pour minimiser les risques

Au global, les bonnes pratiques convergent toutes dans le même sens : que les liens bénéficient à votre positionnement et aient l’air naturel, que ce soit via l’achat de liens, le guest blogging, la création de réseaux de site ou encore l’échange de liens. L’idée est donc de créer des backlinks qui vont compter aux yeux des moteurs sans que ceux-ci soient identifiés comme une manipulation de l’algorithme.

Pour cela, quelques règles sont à respecter :

Linkbuilding SEO friendly : retour aux contenus

Si les techniques d’acquisition de backlinks évoquées précédemment sont surveillées à la loupe, il s’agit donc de trouver des pratiques efficaces pour générer des liens que le moteur de recherche trouvera pertinents. A cet effet, les techniques de link baiting peuvent faire la différence. Le but de ces pratiques est l’incitation à la création de backlinks par les internautes eux-mêmes. Les backlinks générés de cette manière seront donc totalement naturels et SEO friendly car c’est l’internaute qui est à l’initiative du backlink, sans intervention de la part du site concerné.

Pour cela le contenu éditorial doit être riche et unique (pas copié ou recopié), compréhensible par les internautes et les moteurs de recherche et facilement partageable. Certains contenus sont ainsi à privilégier pour leur fort potentiel de partage : les infographies, les études, interviews, podcasts, jeux en ligne (ex :test), mise à disposition de documents gratuitement comme les livres blancs, pdf etc. Le buzz sur un article est un bon exemple de linkbaiting qui apporte au site de référence de la popularité et de la crédibilité sur le sujet évoqué.

Un exemple de stratégie de link baiting réussi est le convertisseur de devises créé par la société de transfert d’argent XE transfert. En axant sa stratégie de contenu sur la réponse à un besoin exprimé par les internautes s’intéressant au transfert d’argent, XE s’est procuré plus de 100 000 liens entrants et a boosté sa e-réputation. La société s’est ainsi placée comme une référence dans la conversion de devises (premier et deuxième sur les SERP en résultat naturel).

Soyez proactif ! Une fois le contenu créé, il est bon de faciliter la tâche aux internautes par diverses petites techniques qui amorceront la démarche de partage de l’internaute :

 

Newsletter mai 2017