Newsletter Novalem Actualités et Tendances SEO-SEA !

Pourquoi l’AMP n’est pas la meilleure réponse aux problèmes de performances

Tout le monde saute dans le wagon de l’AMP ! En route ! Mais avant de partir, il est important de se poser quelques minutes et de réfléchir à ce qu’implique l’AMP pour le web.
Auteur
Maxime Guernion
Manager SEO

Nous vous disions dans un précédent article, « 2017, l’année du mobile ! Ou le changement dans la continuité », que le déploiement de pages AMP est à sérieusement envisager : performance en terme de temps de chargement, homogénéité graphique entre les devices et surtout une mise en valeur complète sur Google (encarts actualités, carrousel AMP dans les résultats de recherche, etc).

Lors du Google Marketing Next 2017 (22 au 24 mai 2017), Google annonçait que les pages AMP peuvent être directement utilisées au sein de campagnes AdWords. Le 25 mai, c’était au tour de Facebook d’annoncer que les Instant Articles supportent désormais l’AMP.

Sur le papier tout semble bien beau, tout le monde semble suivre le mouvement, c’est super … mais au-delà des avantages techniques indéniables en terme de performance, ce projet pose des questions philosophiques et étiques.

Oui mais l’AMP ça va vite !

Là où je rejoins complètement le projet AMP est son objectif d’amélioration de la performance (temps de chargement). Oui c’est essentiel mais faut-il vraiment attendre que l’AMP vous impose de simplifier vos pages pour améliorer les performances de votre site ?!

Vous voulez que vos pages chargent vite ? Concevez-les pour qu’elles chargent vite ! Point final.

C’est loin d’être compliqué. Que les développeurs front connaissent les standards HTML, qu’ils ne chargent pas 700 JS dans tous les sens, qu’ils développent en pensant performance, que les développeurs back codent des pages rapides, qu’ils travaillent avec l’IT et l’hébergement pour maitriser la compression, les caches, les CDN, etc., et vous aurez un site performant qui pourra même se payer le luxe de se charger aussi vite, voire plus, que l’AMP !

Cela fait des années que nous nous disions « il faut que notre site charge vite », mais personne n’a vraiment fait l’effort de le faire. Plus on avance, plus les sites sont lourds. Alors si l’AMP bouscule et fait paniquer les éditeurs en annonçant « c’est comme ça et puis c’est tout, débrouillez-vous » ce n’est pas si mal que ça !

 

http trends

HTTP Archive Report – Trends

 

Une histoire de cache

Et c’est principalement le point du cache qui pose problème. En effet, bien que le contenu de l’article AMP soit toujours hébergé sur le site, celui-ci est diffusé via le Google AMP Cache (qui apporte toute la vitesse de chargement et est donc le premier intérêt du déploiement de l’AMP) au travers d’une URL qui commence par https://wwww.google.com/amp/ ce qui devient confus pour l’internaute et ne facilite par le partage. Néanmoins, ce dernier point est à nuancer car celui-ci a connu des évolutions intéressantes : via les SERPS Google, la page AMP permet d’afficher le lien canonique et via Google Actualités, le bouton de partage renvoie bien vers l’URL canonique de l’article.

 

Le clic sur le chainon permet de récupérer l’URL canonique de l’article mais la barre d’adresse du navigateur est toujours une URL google.fr/amp/

Le clic sur le chainon permet de récupérer l’URL canonique de l’article mais la barre d’adresse du navigateur est toujours une URL google.fr/amp/

 

Basculer d’une page AMP vers sa version classique mobile n’en reste pas moins peu pratique, si ce n’est impossible. Si un internaute ajoute un article AMP en favoris, c’est toujours la version en https://wwww.google.com/amp/ qui sera enregistrée. Il suffit de faire une recherche de « google.com/amp » sur Twitter pour s’apercevoir que ce sont ces URL qui sont partagées et non plus les sources originales…

La conception !

Ensuite, vient le défi de la conception technique de ces pages. Vous allez devoir concevoir et maintenir deux versions HTML de vos contenus mobiles. En plus, pour bien compliquer le tout, la plupart des balises HTML sont compatibles AMP mais, par exemple, la plus basique doit être changée : <img> doit être remplacée par <amp-img> ! Comme si le standard HTML n’était pas suffisamment bien. Et ne parlons pas du fait que le W3C est un peu mis de côté dans ce projet. Nous nous retrouvons donc avec d’un côté nos contenus en HTML sur lesquels nous tentons de respecter le standard du W3C tant bien que mal et de l’autre nos pages AMP HTML avec leurs propres règles.

Adieu la personnalité !

Graphiquement, toutes les pages AMP se ressemblent… Pour retrouver un semblant de personnalité, vous allez devoir y passer le temps ! Vos beaux effets en JS ? Adieu ! Vos CSS ? C’est mort, les pages AMP ne peuvent pas inclure de fichiers CSS externes (sauf les polices custom) donc vous allez devoir coller vos CSS dans votre page (cf. Styles pages).

Attention aux revenus publicitaires

J’espère également que votre plateforme de publicités est supportée par l’AMP sinon il va falloir dire adieu à vos revenus sur vos pages AMP en attendant que votre plateforme soit compatible avec l’AMP.

Un projet open-source ?

De plus, il est important de garder en tête que l’AMP est bien un projet open-source avec différents contributeurs de tous horizons, mais ça en reste néanmoins un projet très (trop ?) « Google » :

La « Technology Platforms », la « Distribution Platform » et les « Contributors » sont principalement maitrisés par Google. Il reste donc à la « Communauté » de publier des contenus ! Rien de bien surprenant !

Le mot de la fin

On le voit avec la recherche Twitter, l’AMP n’est pas décentralisé, les pages AMP sont hébergées dans le cache de Google. Malgré le fait que John Mueller a confirmé que l’AMP n’est pas un facteur de ranking, il n’en reste pas moins que les pages AMP dominent les résultats de recherches. Le fait que Google utilise son monopole sur la recherche pour également créer potentiellement un monopole pour la distribution des contenus, c’est le contraire de l’Open Web pour moi.

Est-ce que je vous recommande de passer en AMP ? Oui d’un point de vue search car si vous êtes un site et que vous souhaitez rester en top position des recherches, l’AMP peut s’avérer utile dans un proche avenir. Est-ce que je suis content de vous le recommander ? Non.

L’AMP n’a été lancé qu’en février 2016, attendons de voir ce qu’il devient !

Une vidéo pour conclure qui résume bien la situation. Gina Trapani explique pendant l’AMP Conf pourquoi les éditeurs de contenus suivent le pas sur l’AMP et pourquoi l’AMP fait peur aux personnes qui tiennent à l’Open Web :

 

Newsletter Juin 2017