Newsletter Novalem Actualités et Tendances SEO-SEA !

Faut-il chercher à se positionner sur les requêtes génériques ?

Le choix des mots-clés sur lesquels se positionner est une étape capitale lors de l’élaboration de sa stratégie de référencement.
Auteur
Margaux Richard
Experte éditoriale

Si, au premier abord, il parait évident de chercher à se positionner sur son cœur de métier ou son produit phare, la difficulté à y parvenir ainsi que le comportement des internautes peut remettre en cause cette pratique. Dans ce cas, est-ce vraiment une bonne pratique que de chercher à se positionner sur des requêtes génériques ?

Requête générique : définition

On dit qu’un internaute effectue une requête générique lorsqu’il utilise un mot-clé général dans un moteur de recherche, sans préciser son intention. Ce peut être un mot commun (« chaussure »), une marque / un nom de site (« Gémo ») ou un ensemble de mots (« chaussures noires »).

Dans tous les cas, cette recherche constitue souvent le point de départ de la réflexion de l’internaute, ce qui explique que de nombreux professionnels souhaitent se positionner sur ces requêtes.

Un trafic potentiellement fort, mais peu qualifié

Si ces termes peu précis sont très recherchés, cela ne signifie pas pour autant que le potentiel de conversion est si important. En effet, étant donné la forte demande, le trafic n’est pas réellement ciblé, et n’apportera pas nécessairement plus de conversion.

Prenons le terme « chaussure » par exemple. On constate qu’il est en moyenne recherché 246 000 fois par mois. Mais que cherchent les internautes réellement ?

recherche générique chaussure

Même si le potentiel de trafic est important, cela ne garantit évidemment pas pour autant que le site positionné en première position (ou même en deuxième) le captera entièrement. Les efforts à fournir sont donc très grands, pour une rentabilité pas toujours assurée.

Une concurrence très forte

Par ailleurs, ces expressions génériques, en plus d’être très fréquemment recherchées, sont très concurrentielles : de nombreux sites sont en effet déjà présents sur ces requêtes.

Toujours avec l’exemple « chaussures », on dénombre 160 000 000 résultats sur Google, contre seulement 409 000 pour « bottines à talons en cuir ».

Le travail à réaliser pour se positionner sur ce premier terme sera donc bien plus difficile, car davantage d’acteurs sont déjà présents.

Par ailleurs, c’est bien souvent un éditeur de contenus (à l’image de Wikipédia) qui ressort dans les premiers résultats sur ces moteurs, rendant cette tâche encore plus difficile. En fonction du secteur et de la pertinence du site, il peut être réellement très compliqué d’acquérir un bon positionnement sur une requête très générique.

À l’inverse, la longue traine, qui représente les combinaisons possibles entre un mot-clé générique et un ou plusieurs mots ciblés apportera un trafic bien plus qualifié. En travaillant l’ensemble des mots-clés autour d’une thématique ainsi que des expressions plus précises, il est possible de répondre directement à la demande de l’internaute, tout en améliorant son positionnement sur la longue traine ET les mots-clés génériques.

Coller aux requêtes des internautes

En général, les mots-clés saisis par les internautes dans les moteurs de recherche se composent de plusieurs mots : ils vont en effet avoir tendance à compléter une requête générique d’un critère plus précis. Cette expression longue traine peut posséder plus d’informations, comme :

Par exemple :

volumes adwords mots-clés

Les recherches des internautes sont composées d’un seul mot dans seulement 30% des cas, en enlevant les marques, ce taux est presque réduit à néant. Dans notre exemple, on ne peut qu’imaginer le nombre très rétreint de conversion : les résultats ne correspondent bien souvent pas à l’intention initiale.
De plus, même si l’internaute ne précise pas « instinctivement » sa requête, Google Suggest l’invite automatiquement à le faire :

Google suggest

N’oublions pas non plus qu’avec les snippets features, l’internaute est encouragé à préciser sa requête afin d’obtenir une réponse immédiate. La recherche vocale va elle aussi alimenter cette tendance.

La priorité : la longue traine

Ces mots-clés génériques peuvent par conséquent constituer une porte d’entrée pour un site, mais ne sont pas efficaces seuls. Ils doivent s’inscrire dans une stratégie de référencement dans laquelle les expressions plus précises sont également travaillées, enfin de capter un trafic potentiellement plus qualifié, offrant un meilleur taux de conversion.

En comparant les requêtes « chaussure » (générique) VS « chaussure + dérivés » (plus précis), les résultats sont encore plus parlants :

Recherches avec le terme unique

Recherches avec le terme unique

Recherches avec le terme chaussure + dérivés

Recherches avec le terme chaussure + dérivés

Seulement 15% des recherches contenant chaussure(s) ne comportent que ce seul mot.

Conclusion

En conclusion, il faut retenir qu’on ne peut évidemment pas se passer des mots-clés génériques, mais qu’ils ne constituent pas une fin en soi ni une priorité. Via les cocons sémantiques, il est possible d’essayer de se positionner sur ces requêtes, en proposant de nombreux contenus qualitatifs reliés entre eux par maillage interne bien travaillé. De manière générale, la longue traine doit être privilégiée et une fois ce positionnement acquis, il sera plus aisé de se positionner sur des requêtes plus génériques, et donc plus concurrentielles.

Google a d’ailleurs lancé Hummingbird et Rankbrain afin de mieux traiter les intentions de recherche, il faut donc aujourd’hui optimiser des contenus sur des contenus variés et non par rapport à un mot générique.

Newsletter Octobre 2016