Newsletter Novalem Actualités et Tendances SEO-SEA !

Atteindre par le biais du SEO vos cibles à l’étranger !

De nombreux clients développent leurs activités à l’échelle internationale. La stratégie dépasse celle de « traduire son site », une implémentation à l’internationale doit être planifiée stratégiquement et techniquement.
Auteur
Clément Du-Crest
Chef de Projet Référencement

Lorsque l’on souhaite développer son site à l’international, il faut étudier le marché du pays en amont et identifier très rapidement les forces et opportunités du secteur. C’est à partir d’une bonne analyse du marché que l’on parvient à mettre en place un ensemble d’actions cohérentes pour le développement du site.

L’anticipation stratégique

D’un point de vue référencement naturel, plusieurs actions doivent impérativement être menées à bien pour cibler des marchés à l’étranger.

Avant toute prise de décision, il faut distinguer la langue parlée de la zone géographique (le pays). En effet, une langue peut-être parlée dans plusieurs pays et plusieurs langues peuvent être parlées au sein même d’un seul pays.

Exemple : un site en allemand peut s’adresser au marché allemand, suisse, autrichien, hongrois et un site pour le marché espagnol doit obligatoirement être traduit en plusieurs langues (le catalan, le basque, le galicien…).

Les langues et le pays

Si le site vise un seul pays, comportant plusieurs langues : la meilleure solution est le sous-domaine par langue.

Si le site vise plusieurs pays, avec une seule langue : la meilleure solution est de mettre en place une extension de domaine locale (en anglais : country code Top Level Domain ou « ccTLD ») correspondant au pays.

Si le site vise plusieurs pays, avec plusieurs langues : Il faut mettre en place une combinaison des solutions précédentes :

Après chacune des optimisations liées aux zones géographiques, il est recommandé de configurer sur Google Webmaster Tool les pays visés par les différentes URL.

Il est aussi possible de mettre en place des répertoires par langue, mais cette solution est moins recommandée. Elle est moins appréciée par les robots de crawl, car il n’y a de pas de distinctions entre les pays et les langues (et elle devient aussi rapidement compliquée !).

Dernier point, le « duplicate content » n’est pas pénalisé sur des sites proposant des contenus similaires ou identiques via des ccTLD différents ou des sites déclarés comme visant un pays en particulier. Toutefois, il est recommandé d’adapter son champ lexical au pays cible. En effet, les Québécois ne s’expriment pas avec les mêmes mots que les Français…

Newsletter Mai 2013