Newsletter Novalem Actualités et Tendances SEO-SEA !

2017, l’année du mobile ! Ou le changement dans la continuité

Pour une fois, 2016 fut réellement l'année mobile et 2017 ne sera que la confirmation de cette tendance.
Auteur
Michel Babin
Directeur Général Adjoint

Vous avez tous entendu dire que l’utilisation du web sur mobile avait dépassé en fin d’année l’usage sur desktop[1]. Il faut relativiser ce type de statistiques, car cela concerne principalement des recherches liées à des localisations ou à des horaires. Par ailleurs, même si la part du mobile est (de peu) majoritaire, les recherches faites sur desktop sont elles aussi en croissance en valeur absolue. Ce ratio mobile/desktop est en outre assez différent en fonction des pays, en France par exemple, l’internet mobile représente moins d’1/4 des usages[2].

On ne boudera toutefois pas notre plaisir d’accompagner les usages mobiles lorsque l’on saura que ce sont pas moins d’1M de recherches mobiles par minute qui sont ainsi faites sur Google de par le monde.

Et surtout, surtout, Google est bien décidé à orienter les acteurs du web vers le mobile, comme le démontre l’ensemble de ses communications et mises à jour en 2016 (AMP, performance web, mobile-first index…).

Voici les principaux axes de travail pour les mois à venir :

Mobile-first index : LA priorité.

Cet index ne sera pas effectif avant le second trimestre, ce qui laisse un peu de temps pour vérifier que le site dispose d’une version mobile équivalente à la version desktop. Si tel n’est pas le cas, il sera important de se poser la question de maintenir une version mobile au potentiel de positionnement faible. A noter que si le site ne possède pas de version mobile, la version classique restera tout de même indexée par Google.

Notre recommandation : disposer d’un site développé en responsive design. Ne plus proposer de version mobile dédiée proposant une fraction du contenu original.

La performance web : toujours plus vite

Ce sujet va continuer à prendre de l’importance en 2017, et au-delà des préconisations techniques habituelles (diminution des requêtes serveur, compression gzip, optimisation des images, minifier les CSS…) on surveillera principalement 2 indicateurs :

AMP : à la croisée du mobile et de la performance.

Le déploiement de pages AMP est à sérieusement envisager comme le démontre un précédent article de la newsletter Novalem. Si vous n’avez pas de site mobile, il est intéressant de développer une version AMP de vos principales pages et rubriques du site desktop afin de bénéficier de la prime à la performance web. Maintenant que l’AMP peut gérer toute typologie de page, il y a fort à parier que Google ne se limitera plus à mettre en valeur les versions AMP des actualités via un carrousel, ou d’afficher seulement une icône dédiée sur les pages utilisant cette solution. On peut donc s’attendre cette année à voir de nouveaux formats de résultats sur Google pour les pages en AMP, que ce soit la mise en avant de produits en vente ou de services localisés.

HTTPS : vers un passage forcé au tout sécurisé.

Après de nombreuses communications sur le sujet, le passage d’un site au protocole sécurisé n’est plus fonction d’un potentiel boost de visibilité (en dehors des considérations liées aux transactions), mais relève d’une nouvelle contrainte plus impactante sur le taux de rebond : l’affichage d’un avertissement sur le navigateur. Il est donc de plus en plus important de profiter d’un moment creux de son activité, d’une érosion de son positionnement ou d’une refonte de site pour le basculer en HTTPS. On notera une progression régulière du nombre de résultats sécurisés en résultats de recherche (44% en janvier 2017), qui peut s’expliquer par une migration des sites vers ce protocole et/ou un avantage accordé dans l’algorithme aux pages sécurisées (probablement un mix des deux).

La position Zéro : quand Google répond directement aux interrogations.

Ou la poursuite de la mutation d’un moteur de recherche vers un moteur de réponses. Il s’agit ici de prolonger l’expérience déjà amorcée avec le Knowledge Graphe qui s’affiche dans la partie droite de la page de résultats. Cette position Zéro ou Featured snippet a fait l’objet d’un précédent article de la newsletter Novalem. A noter, les assistants comme Google Home (smart home speakers) utilisent cette fonctionnalité pour répondre aux questions posées par leur propriétaire.

Les données structurées : pour accompagner Google dans son évolution.

Votre site intègre-t-il des microdonnées permettant de structurer l’information ? Si oui, vérifiez que la version mobile de votre site dispose elle aussi de ces données structurées, et non pas la seule version desktop. Si ce n’est pas encore en place, nous vous recommandons la méthode JSON-LD pour des raisons de souplesse de mise en œuvre, sans compter qu’elle est mise en avant par Google, qui pourrait à terme ne prendre en compte de nouveaux types de données que dans ce format. L’implémentation est aujourd’hui incontournable si l’on veut profiter d’un affichage enrichi en pages de résultats. Cela permet en outre aux moteurs de recherche de mieux comprendre la teneur de vos contenus.

Recherche vocale : la technologie est là

Un autre sujet plus confidentiel est toutefois à suivre en 2017 car son développement et son adoption pourrait s’accélérer dans les prochaines années. Il s’agit de la recherche vocale qui, avec un taux d’erreur de reconnaissance de seulement 6%, est aujourd’hui une interface homme-machine pleinement utilisable.

1 recherche sur 5 a été réalisée de manière vocale en 2016, et ce pourcentage devrait progresser avec l’adoption des produits comme Google Home, la généralisation des interfaces vocales dans les automobiles et un usage décomplexé de Siri, Google Now ou Cortana.

La recherche vocale est pour le moment principalement utilisée pour des recherches locales (>50%), mais pourrait vite concerner d’autres typologies de recherche en fonction des capacités de Google à proposer des réponses toujours plus personnalisées. Google proposera prochainement un rapport statistique de ces recherches vocales sur Analytics et via la Search console. La technologie est là, restent les usages

A plus long terme …

Enfin, des thèmes seront à surveiller dans une optique de veille technologique, comme l’essor de la big data et de la personnalisation des sites. Il ne faudra pas oublier de proposer une version qualitative par défaut afin que les moteurs de recherche puissent accéder à des contenus étoffés et pertinents à défaut d’être ciblés. Le développement de Rankbrain et du machine learning au sein de Google nécessite aussi une surveillance accrue et va permettre rapidement une plus grande latitude dans l’optimisation de son référencement naturel.

Conclusion

Tous ces sujets ne doivent pas faire oublier la nature de plus en plus diverse des résultats, il est primordial d’envisager son référencement (naturel ou payant) sous de multiples angles d’attaque, que ce soit par la localisation de son activité, l’exploitation de ses vidéos, l’optimisation de ses images, l’animation éditoriale des contenus chauds et froids, l’ergonomie et l’expérience utilisateur, et bien sûr la mise en place des éléments abordés dans cet article.

Etude Moz

Etude Moz

[1] http://gs.statcounter.com/press/mobile-and-tablet-internet-usage-exceeds-desktop-for-first-time-worldwide

[2] http://gs.statcounter.com/comparison-market-share/desktop-mobile-tablet/france/#monthly-201612-201701-bar

Newsletter Janvier 2017